Street Art

Publié le par charlotte c.

Le Street art vient du monde du graffiti, mais, à

manystuff

la différence des tags ou autres inscriptions inesthétiques, cet art, moyen de communication et d'expression, décore la ville: pour ce faire, les artistes utilisent, certes encore quelque peu les bombes, mais surtout les posters, photocopies, pochoirs ou autocollants (stickers).

 

Mouvement international, les murs de Barcelone, Amsterdam, Tokyo, New York et bien d'autres encore, sont désormais de véritables musées présentant ces artistes contemporains, comme Obey, Space invader, Mr A, Tom-Tom, Akayism…

Petit retour en arrière: Le graff tire ses origines à New York dans les années 1970, il présente alors surtout des signatures aux calligraphies indéchiffrables: les tags. Dans les années 1980, le mouvement arrive en France et les crews (groupes de graffeurs) n'épargnent aucun espace: munis de bombes de peinture, ils partent la nuit recouvrir murs, palissades, rideaux de fers, trains, terrains vagues, cabines téléphoniques et boîtes aux lettres.

 manystuff

Au milieu des années 1980, le tag devient le graff, il gagne une certaine dimension artistique: les compositions et lettrages deviennent de plus en plus élaborés, les formes évoluent. Les tags sont remplacés par des signes plus personnels, des pictogrammes. Certains artistes accolent à profusion sur les murs des personnages atypiques, reconnaissables et emblématiques de leur nom: chaque artiste, tout comme une marque de produit commercial, possède son "perso", logo de son art.

 

Mouvement alternatif, qui se rebelle parfois contre les autorités sociales existantes ou contre l'autorité en tant que telle (Akayism tente, via ses affiches aux messages anarchiques, d'imposer l'idée "d'un espace public appartenant à tous, sur lequel chacun peut s'exprimer"), certains de ces artistes n'hésitent néanmoins pas à vivre de leur art et à se lancer dans le merchandising: des artistes exposent dans de grandes galeries d'art, Mr A (André) habille des vitrines de grands magasins sur commande, certains, comme Space Invader, vendent tee-shirt, stickers et autres objets dérivés à l'effigie de leur nom et logo via Internet ou dans des boutiques "branchées" (Colette à Paris…).

www.woostercollective.com

http://www.streetsy.com/

www.obeygiant.com

www.space-invaders.com

www.monsieura.com

[...]

Publié dans Varied images

Commenter cet article

//^\ 01/11/2007 10:42

histoiredugraffiti.over-blog.com

yopman 23/04/2007 01:04

Les graffs, les tags, c'est parfois beau, c'est parfois ordurier, mais c'est un tout. Basta ! Les bobos pas contents qui veulent que du beau graffiti point barre, rien à cirer. T'halucine ou quoi?

iris 10/01/2007 17:45

"inestethique"? Un peu rude et autoriataire; je trouve....

mouna 30/03/2006 18:25

Instructif! Bonne continuation...

Pascal Tessier 30/03/2006 11:27

Pas mal ce petit exposé sur l'histoire du graff.